Afficher le numéro

Actualités

C dans l’air parle des écoles indépendantes !

L’émision C dans l’air a consacré un cours reportage dans le cadre de son édition du samedi 16 décembre à l’école du réseau Espérance Banlieues installée à Argenteuil, le Cours Charlemagne.

Découvrez l’extrait ici :

Le Front de gauche a lancé l’offensive contre les écoles hors contrat, dont le formidable essor l’indispose. Le chef d’accusation ? « On est dans une situation de totale liberté pour ce type d’établissement », explique Céline Malaisé, présidente du groupe « Front de Gauche » au Conseil Régional. Accusation terrible, effectivement !

De mauvaise foi ou terriblement mal renseignés, les porte-paroles du Front de Gauche soutiennent que les écoles hors contrat sont situés « hors du cadre républicain » et que leur enseignement n’est « absolument pas contrôlé par l’Etat ».
C’est totalement mensonger : le cadre légal des écoles hors contrat est défini par le Code de l’éducation. Ces écoles hors contrat – plutôt appelées en pratique écoles indépendantes – sont une des formes d’enseignement parfaitement possible en France, aux côté de l’école sous contrat, de l’école publique et de l’enseignement à domicile.
La liberté des parents de choisir telle ou telle forme d’école est garantie constitutionnellement : c’est l’un des aspects de la liberté d’enseignement consacré par le Conseil constitutionnel en 1977.
Le régime d’ouverture et de contrôle de ces écoles est clairement et précisément défini. Il est possible d’en prendre connaissance de manière facile dans la circulaire de treize pages n° 2015-115 du 17-7-2015.

Rappelons que le Front de gauche ne fait pas mystère de sa position idéologique en matière d’éducation : il est opposé dogmatiquement à l’existence d’autres écoles que celles de l’Education nationale. Il est hostile à tout financement des écoles privées, et mêmes des écoles privées sous contrat, qui appliquent pourtant les programmes de l’Education nationale et qui recrutent des professeurs de même formation et par les mêmes concours, préparent les enfants aux mêmes diplômes nationaux et est soumise aux mêmes contrôles que l’Education nationale. Cela s’appelle une position dogmatique. Et face à cela l’intérêt des enfants est de peu de poids.

Anne Coffinier

Partager cette article