Actualités

Vous êtes professeur d’histoire en collège ou lycée et vous hésitez à vous lancer dans une formation continue ?

L’Académie du Professorat vous offre un cours en accès libre pour que vous puissiez vous faire une idée de cette formation entre pairs, modulaire…. et au catalogue de Formiris ou de l’OPCA de votre établissemnent

Dans le cadre de son partenariat avec l’Académie du Professorat, Storiavoce met exceptionnellement en ligne l’intervention du professeur Jean-Louis Brunaux consacrée à La conquête romaine et à l’exemple gaulois.

Cette session du département histoire de l’Académie du Professorat a été enregistrée le 15 décembre 2018. L’Académie du professorat a pour vocation de créer un lien entre l’université et le monde du secondaire.

Chaque intervention recoupe donc les programmes du Collège et du Lycée et s’adresse aux professeurs d’histoire. Chaque session présente une période, une thématique et ses enjeux sous le format d’un entretien avec un chercheur spécialiste (55 minutes), de questions et d’échanges (10 minutes) et de présentation de supports de cours (10 minutes).

Rejoignez la prochaine session de l’Académie (programme ci-dessous) qui aura lieu à Saint-Jean-de-Passy le 23 mars prochain et qui aura pour thème l’Histoire médiévale. 

Pour vous inscrire, RDV sur le site de l’Académie du professorathttps://academieduprofessorat.org/

L’invité: Jean-Louis Brunaux est chercheur au CNRS (Laboratoire d’archéologie de l’ENS). Il a dirigé de nombreuses fouilles sur les sites gaulois de Picardie, à Gournay-sur-Aronde, Saint-Maur, La Chaussée-Tirancourt et Montmartin. Jean-Louis Brunaux a rédigé plusieurs monographies sur les résultats de ses recherches archéologiques et des ouvrages de synthèse. Il est l’auteur d’une monographie consacrée à Alésia (Gallimard, 2012) et il vient de publier Vercingétorix dans la collection biographies de chez Gallimard et Les Gaulois, Vérités et Légendes (Perrin, 2019).

Prochaine session le 23 mars, à Paris (XVIe arrondissement).

Intervenants :
Murielle GAUDE – Programme de 5e
– Le pouvoir et le sacré à l’époque médiévale.
– La place de la femme dans l’exercice du pouvoir
– La cour royale à l’époque médiévale

Sylvain GOUGUENHEIM – Nouveau programme de 2nde.
– Regards sur le christianisme latin et grec
– La question de la réforme grégorienne
– La transmission des savoir grecs en Europe

Lydwine SCORDIA – Programme de 5e
– Le pouvoir royal aux XII et XVe siècles
– Apogées et crises du pouvoir des Capétiens
– L’image médiévale dans l’enseignement

Faites connaissance avec la Fondation pour l’école : quelle est notre mission ? Quelles sont nos actions ? Nos valeurs ? Nos projets ? Quelles garanties apportons-nous à nos donateurs ? Retrouvez nos chiffres-clés, nos objectifs et nos équipes en consultant notre Rapport d’Activités 2018 ci-dessous ou en le téléchargeant ici.

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
SUR LES DÉCLARATIONS DU MINISTRE J.M. BLANQUER
SUR LES ÉCOLES INDÉPENDANTES

Cliquez pour télécharger notre communiqué de presse

 

Invité par Jean-Jacques Bourdin sur BFM.TV le mardi 18 décembre 2018, le ministre Jean-Michel BLANQUER s’est laissé aller à un dérapage verbal, assimilant purement et simplement les écoles clandestines aux écoles hors contrat. Ce lapsus linguae a de quoi inquiéter, d’autant qu’il est accompagné de plusieurs propos très contestables.

1 – La Loi Gatel n’a aucun rapport avec la fermeture d’écoles clandestines :

L’école clandestine fermée à Marseille n’avait pas le statut d’école. C’était un regroupement informel d’enfants selon le ministre : cela n’a rien à voir avec une école hors contrat, dont le régime juridique d’ouverture et de contrôle est dûment prévu et encadré par la loi.

Contrairement aux affirmations du ministre, ce n’est donc pas sur la base juridique de la loi GATEL, adoptée en avril 2018 et visant au renforcement du contrôle des écoles hors contrat, que le ministre a pu faire fermer cette école de fait, mais sur la base de pouvoirs de police plus généraux, dont il disposait bien avant cette loi.

L’État a depuis toujours la possibilité de fermer ces écoles clandestines, pour autant qu’il en ait la volonté politique. Pourquoi avoir attendu si longtemps pour fermer l’école clandestine de Marseille ?

2 – Une reconnaissance de paternité à retardement :

Pourquoi n’avoir pas assumé à l’époque son pilotage en sous-main de cette loi de restriction de l’essor des écoles indépendantes ?Jean-Michel Blanquer revendique la paternité de la loi GATEL adoptée en avril dernier et portée par le groupe Union Centriste du Sénat. Il dit en effet aujourd’hui « depuis que nous avons fait voter une loi… » mais était beaucoup plus discret au moment de son adoption, faisant comme si elle était réellement portée de manière indépendante par le groupe Union centriste constitué derrière la sénatrice  Françoise Gatel.

3 – « Les écoles indépendantes, voilà l’ennemi » :

Ancien directeur de l’ESSEC, Jean-Michel Blanquer a manifesté plusieurs fois son ouverture pragmatique aux écoles privées, persuadé de ce qu’elles pouvaient apporter au système public comme source d’inspiration.

Il avait notamment manifesté son soutien aux écoles Espérance banlieues en participant à leur colloque[1] et a également manifesté son soutien aux écoles Montessori[2].

Lire la suite

Communiqué de presse

23 novembre 2018

Réforme du Baccalauréat :
Il y aura donc
2 baccalauréats différents en France en 2021 !

 

*Cliquez ici pour télécharger notre Communiqué de presse complet et ses annexes 

 

La réforme du Baccalauréat annoncée par le ministre Jean-Michel Blanquer repose essentiellement sur la mise en place d’un contrôle continu, comptant pour 40% de la note des lycéens pour cet examen national.

Or, l’arrêté du 16 juillet 2018 relatif aux modalités d’organisation du contrôle continu exclut les candidats scolarisés dans les établissements indépendants de ce futur dispositif.

Pour ces candidats, le contrôle continu est remplacé par 1 épreuve ponctuelle pour chaque enseignement concerné par le contrôle continu. Ces épreuves ponctuelles auront lieu « à la fin de  l’année de Terminale » (article 9 dudit arrêté).

Il en résulte diverses inégalités de traitement pour les élèves des écoles indépendantes, à la fois à l’égard de l’examen lui-même, mais aussi à l’égard de l’accès à l’enseignement supérieur.

Les 7 principales inégalités de la réforme du Baccalauréat pour les élèves des établissements indépendants* :

1.        100 % de la note du Bac sera constituée d’une épreuve finale pour les élèves des écoles indépendantes, contre seulement 60% pour les autres élèves (inégalité de traitement)

  1. 100% des épreuves auront désormais lieu en fin de Terminale pour les élèves des écoles indépendantes, contrairement aux autres élèves (hors français) : sur le même temps de préparation, les élèves des écoles indépendantes devront donc réviser beaucoup plus d’épreuves… (inégalité sur les conditions de préparation)
Lire la suite

Communiqué de presse

Protection des mineurs :
la Fondation pour l’école saisit officiellement
le Ministre de l’
éducation nationale
et la Ministre de la Justice

La Fondation pour l’école a saisi officiellement le Ministre de l’éducation nationale et la Ministre de la Justice afin que le niveau de protection des mineurs dans les écoles indépendantes, obtenu grâce à l’intervention de l’administration, soit égal au niveau de protection dont bénéficient les autres écoles.

Vous trouverez en cliquant ici la copie de la lettre de saisine de ces deux ministères par la Fondation pour l’école.

Lire la suite

Communiqué de presse

La Fondation pour l’école,
un acteur engagé dans la qualité des écoles indépendantes

La Fondation pour l’école a été informée par la presse du placement en garde à vue de l’ancien directeur de l’école Al-Badr de Toulouse. Elle se félicite, comme tous les citoyens français, que l’Etat exerce effectivement les prérogatives dont il dispose pour mettre un terme à l’enseignement de ceux qui détournent l’école de son but, et qui l’instrumentalisent à des fins éloignées de l’intérêt des enfants et du bien commun.

Pour autant, la Fondation pour l’école déplore l’assimilation trop souvent faite entre les “écoles hors contrat” en général, et les “écoles musulmanes hors contrat” semblables à celle mise en cause à Toulouse. La Fondation a élaboré une Charte des écoles qui lui permet de s’assurer du respect par les écoles qu’elle aide, des principes à la base de la vie commune dans notre pays.

Lire la suite